Avis aux professionnels : connaissez-vous les délais de conservation de vos documents confidentiels ?

La totalité des documents qui se trouvent au sein d’une entreprise doivent être conservés pendant une durée minimale, cette dernière étant déterminée par des textes de lois. Une fois le délais expiré, détruire les informations confidentielles au destructeur de documents est obligatoire.

Les entreprises privées ainsi que les établissements publics peuvent archiver leurs documents qui ne comportent aucune informations confidentielles aussi longtemps qu’ils le souhaitent. Cependant, dès lors que les documents contiennent des données sensibles, ces-derniers doivent être détruits via un destructeur de documents. Les délais étant déterminés par des textes de lois, l’État se réserve le droit d’effectuer des contrôles réguliers.

2 critères déterminent la durée de conservation des documents :

  • La nature à laquelle ils appartiennent
  • Les obligations légales qui s’y rapportent

Une fois le délais de conservation expiré, il est impératif de protéger les informations confidentielles en les détruisant via à un destructeur de documents professionnel.

Retrouvez ci-dessous une compilation des délais de conservation des différents documents professionnels :

Documents civils et commerciaux

Type de documents Durée de conservation
Contrats ou conventions conclues dans le cadre d’une relation commerciale,
correspondance commerciale
5 ans
Contrat d’acquisition ou de cession de biens immobiliers ou fonciers 30 ans
Dossiers d’avocats 5 ans à partir de la fin du mandat
Documents bancaires : talons de chèques, relévés bancaires… 5 ans

Pièces comptables

Type de documents Durée de conservation
Livres et registres comptables : livre journal, grand livre, livre d’inventaire… 10 ans à partir de la clôture de l’exercice
Pièces justificatives : bons de commande, de livraison ou de réception, factures clients et fournisseurs… 10 ans à partir de la clôture de l’exercice

Documents fiscaux

Type d’impôts Durée de conservation
Impôts sur le revenu et sur les sociétés 6 ans
Bénéfices industriels et commerciaux (BIC), bénéfices non commerciaux (BNC)
et bénéfices agricoles (BA) en régime réel
6 ans
Impôts sur les sociétés pour l’EIRL, des sociétés à responsabilités limitées
(exploitations agricoles, sociétés d’exercice libéral)
6 ans
Impôts directs locaux (taxes foncières, contribution à l’audiovisuel public) 6 ans

 

Documents sociaux : sociétés commerciales

Type de documents Durée de conservation
Statuts d’une société, d’un GIE ou d’une association
> le cas échéant, pièce modificative de statuts
5 ans à partir de la perte de personnalité morale
> où radiation du RCS
Comptes annuels : bilans, comptes de résultats, annexes… 10 ans à partir de la clôture de l’exercice
Traités de fusions et autres actes liés au fonctionnement de la société         + les documents de la société absorbée 5 ans
Feuilles de présence et pouvoirs, rapports du gérant ou du conseil d’administration, rapports des commissaires au compte Les 3 derniers exercices

Gestion du personnel

Type de documents Durée de conservation
Bulletins de paies : double papier ou sous forme électronique 5 ans
Documents concernant les contrats de travail, salaires, primes,
soldes de tout compte, régimes de retraites..
5 ans
Documents relatifs aux charges sociales et à la taxe sur les salaires 3 ans
Comptabilisation des horaires des salariés,des heures d’astreintes et
de leur compensation
1 an

 

> Où trouver des informations complémentaires ?

Sur le site du gouvernement directement :

Vous pouvez également consulter les différents textes de références ci-dessous :

NB : Données MAJ le 06 juillet 2016 par la Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre).

Règlement Général européen sur la Protection des Données #RGPD

Le grand défi pour protéger les données confidentielles  : quelles conséquences pour les professionnels ? S’équiper d’un destructeur de documents va devenir une obligation…

Le RGPD : késakô ?

Le RGPD concerne la protection des données personnelles dans l’Union Européenne. Celui-ci définit un cadre strict à la collecte, au traitement et à la gestion des informations privées. Désormais, les établissements publics et les entreprises doivent intégrer la protection des données et des documents confidentiels dans la conception et l’organisation de leurs systèmes d’information sous peine de se voir infliger une lourde amende.

Décidé en 2015, le RGPD entrera en vigueur le 25/05/2018. Attention ! Un délai de 2 ans peut sembler long, mais les entreprises doivent se tenir prêtes dès à présent !

Cet article a pour ambition de vous informer sur cette nouvelle règlementation, sur l’importance de positionner la protection des données au centre des préoccupations de sécurité.

A l’heure où les volumes d’informations échangées et stockées croissent de façon exponentielle, il apparaît nécessaire et primordial de protéger ses informations sensibles ou de les détruire de manière sécurisée.

 

De prime abord, il est important de rappeler que :

Lorsque l’on parle de données personnelles, on inclut les informations concernant les :

  • Employés
  • Clients
  • Prospects
  • Partenaires
  • Fournisseurs

La règlementation s’applique aussi bien aux données numériques qu’aux documents papier.

 

Le RGPD en quelques mots

Ce nouveau règlement Européen à destination des entreprises harmonise, simplifie et renforce la protection des données sensibles. Il a pour but de renforcer et d’unifier la protection des données à caractère personnel des individus des 28 États Membres.

Celui-ci s’appliquera à tous les établissements publics ou privés, qui collectent traitent et stockent des documents confidentiels dont l’utilisation peut directement ou indirectement identifier une personne.

Enfin, ce dernier repose sur le droit fondamental inaliénable que constitue, pour chaque citoyen, la protection de sa vie privée et de ses données personnelles. La notion d’identification a ici toute son importance : si une entreprise ne peut déterminer directement l’identité d’un individu, un tiers peut potentiellement le faire…

 

4 principales directives du RGPD

  1. Oblige les organisations à demander l’autorisation explicite de collecte d’informations privées auprès de l’utilisateur final. Il devra être possible de prouver que l’accord a bien été donné.
  2. Impose aux responsables des données de prendre en compte les exigences relatives à la protection des données personnelles et de mettre en œuvre toutes les règles techniques et d’organisation indispensable pour sécuriser ces informations, et ce dès la conception des produits, services ou systèmes exploitant des données à caractère personnel (Privacy by design).
  3. L’obligation de déclarer les piratages ou fuites de données dans les 72h qui suivent l’incident (aux autorités et personnes concernées).
  4. L’obligation de désigner un « Data Protection Officer » (DPO) ou déléguer à la protection des données en charge du contrôle de la conformité des traitements (pour les entreprises de plus de 250 salariés).

De plus, l’entreprise veillera à ce que les données secrètes soient en permanence – c’est-à-dire à tout moment et en tous lieux – sécurisées, afin de lutter contre les risques de :

  1. Perte
  2. Vol
  3. Divulgation

A qui s’adresse le RGPD ?

A tous les acteurs économiques, voire sociaux, à savoir les :

  • Entreprises
  • Associations
  • Administrations
  • Collectivités locales
  • Syndicats d’entreprises

 

 Quels sont les objectifs du RGPD ?

L’objectif général est de redonner aux citoyens le contrôle de leurs informations confidentielles, tout en unifiant les règlementations relatives à la protection de la vie privée dans l’Union Européenne.

L’entreprise ne pourra transférer en dehors de l’Union Européenne les documents confidentiels que selon un cadre strictement défini par le règlement et n’engager pour le traitement de ces données que des entreprises tierces offrant les garanties nécessaires pour répondre à ces obligations.

Les derniers ajouts et récentes modifications vont entraîner de profonds changements en matière de collecte de traitement des données personnelles et auront probablement un impact global sur le fonctionnement des entreprises.

Qui dit obligation dit sanctions ! Que risquent les entreprises en cas de non-respect de la réglementation ?

Attention ! Un délai de 2 ans peut sembler long, mais les entreprises doivent d’ores et déjà se tenir prêtes. Sans quoi, elles s’exposent à de lourdes conséquences financières qui pourront ternir leur réputation et leur image.

Des amendes ou sanctions sévères sont prévues en cas d’infraction :

L’entreprise encourt une amende pouvant  atteindre 4% du chiffre d’affaires annuel mondial limité à 20 millions d’euros, ce qui représente un coût colossal pour la plupart des organisations.

Les obligations du RGPD supposent qu’une entreprise doit à tout moment savoir de quelles données elle dispose, leur localisation, l’objectif de leur collecte et leur mode de gestion, stockage, sécurisation, transfert et effacement.

Au-delà du traitement administratif, ces différentes obligations imposent à l’entreprise d’adopter une approche résolument proactive en intégrant la sécurité au cœur de son traitement des données, sous peine de sanctions bien plus élevées.

L’entreprise doit donc se préparer à d’éventuelles attaques, pour lesquelles la question n’est plus de savoir « si » mais quand « quand » elles se produiront et être vigilante à toute négligence de la part des collaborateurs envers les documents confidentiels.

Cette gestion des risques étendue liée à la protection des données devra être partagée par et avec l’ensemble des membres de l’entreprise, à savoir : depuis les dirigeants en passant par les différents métiers et bien entendu jusqu’aux responsables de la sécurité des systèmes d’informations.

Le RGPD confère au responsable de la protection des données un rôle beaucoup plus important en raison de l’impact des amendes et sanctions potentielles en cas d’infractions.

Pour trouver des informations complémentaires, consultez le site de la Commission Européenne ici.

Afin  d’éviter une sanction, il faut se mettre en conformité avec les exigences du RGPD. Pour cela, il faut dans un premier temps détecter d’éventuels dysfonctionnements et mettre en place une démarche permettant d’intégrer l’ensemble des exigences du RGPD. Il s’avère nécessaire et indispensable de s’appuyer sur méthodologie industrielle prenant en compte différents points à la fois techniques et organisationnels.

 

Fuite d’informations confidentielles : attention n’oubliez pas le papier !

Non le papier n’est pas mort !

Protéger les données confidentielles informatiques est important, néanmoins il ne faut pas négliger les informations personnelles issues des documents papier, qui reste une source importante de risque de fuite d’informations. En effet, encore beaucoup de documents sont imprimés la protection des documents papier est donc impérative. Selon la structure et la taille de l’organisation, il est essentiel de s’équiper de destructeurs de documents.

Pour cela, 2 choix possibles :

  1. Soit un appareil pour petits bureaux ou bureaux, dans chaque bureau pour une destruction individuelle
  2. Soit un destructeur de documents départemental ou industriel, à placer à côté du photocopieur commun à l’ensemble des salariés, pour une
  3. destruction centralisée en vue des inspections règlementaires

Vous souhaitez un devis ? Des conseils ? Notre équipe KOBRA est à votre écoute ! Gratuitement et sans engagement !

> N’hésitez pas à nous contacter en remplissant notre formulaire spécial destructeur de documents !

L’essentiel sur la technologie des imprimantes laser

Pour garantir un travail d’impression de qualité, il importe de miser sur un équipement approprié. C’est pourquoi de nombreux professionnels et particuliers optent pour une imprimante laser. Découvrez dans ce mini-guide des informations pertinentes avant d’acheter ce matériel.

 

Les points importants sur l’imprimante laser

Avant l’acquisition de l’équipement, il faut se pencher sur plusieurs éléments. Primo : la résolution. Exprimée en point par pouce (PPP), elle permet de savoir la qualité de l’outil. Pour être plus précis, ce critère donne l’occasion de connaître la quantité de pixels apparaissant sur un espace de 2,54 cm. Pour une utilisation monochrome, il est judicieux d’investir dans un article doté d’une résolution de 600 PPP. En revanche, un produit avec 1200 PPP de précision convient pour concrétiser un projet multicolore.

Une telle initiative contribue à garantir la qualité du travail. Secundo : la vitesse d’impression. Celle-ci est généralement supérieure comparée à la rapidité d’un matériel à jet d’encre. L’idéal consiste à chercher un accessoire capable de réaliser au minimum 20 pages par minute. Ce conseil s’applique surtout si l’imprimante laser est destinée à un usage intensif. Tertio : la mémoire. À l’inverse des autres types d’équipement, ce genre d’appareil mémorise une page entière avant de l’inscrire sur un papier. Il s’agit d’une fonctionnalité très utile pendant l’ajout d’une photo sur une feuille. Pour un tel usage, il semble astucieux de miser sur un produit doté d’une capacité d’environ 4 Mo.

Autres éléments à considérer

Outre les critères précités, il existe d’autres éléments à considérer, dont l’interface. À ce propos, l’acheteur a deux options. Premièrement, il jette son dévolu sur un modèle avec port parallèle. Ce genre d’imprimante laser fonctionne encore très bien. Il permet d’effecteur les tâches d’une manière impeccable. Il convient surtout pour les individus qui possèdent un ordinateur avec un port USB limité. Deuxièmement, il choisit une version utilisant un câble USB.

Le principal avantage d’un appareil s’accentue sur la rapidité du transfert de données. Cette vitesse peut atteindre jusqu’à 480 Mb/s. Par ailleurs, le format compatible avec l’équipement s’avère primordial. La plupart des matériels disponibles sur le commerce sont susceptibles d’imprimer sur une feuille A4. Ils offrent des rendus impeccables même si le propriétaire utilise un papier ordinaire.

Toutefois, il est préférable d’acheter un article capable d’ajouter une inscription sur d’autres formats : carte postale, enveloppe… De cette manière, la personnalisation de n’importe quel document devient possible. Pour information, il paraît aussi important de se concentrer sur la dimension de l’appareil. Cette astuce s’applique surtout si l’intéressé veut acquérir un accessoire permettant d’imprimer des couleurs.

En effet, ce dernier contient 4 toners différents. Il peut donc prendre un peu de place. La meilleure solution est de considérer son espace de travail avant de jeter son dévolu sur un modèle.

Savez-vous comment sont traités vos papiers confidentiels?

Illustration de la gestion peu scrupuleuse qui peut être faite des conteneurs sécurisés par certains prestataires…

11-2016-conteneurs-securises

Voilà pourquoi il est indispensable de s’équiper d’un destructeur de documents professionnel afin de protéger ses documents confidentiels !

> N’hésitez pas à demander votre devis personnalisé et gratuit pour un broyeur papier.

Terface.com désormais disponible sur mobiles et tablettes

Terface annonce l’arrivée de son site adapté aux formats mobiles et tablettes home-page

Spécialiste depuis plus de 30 ans dans la présentation et la destruction de documents, Terface est le distributeur exclusif des marques Kobra et Unibind.

Pour cette fin d’année, Terface propose son site en Responsive Design, c’est-à-dire adapté spécialement aux formats mobiles et tablettes.

Celui-ci est disponible à l’adresse suivante http://www.terface.com/ depuis quelques jours et permet un accès immédiat à l’ensemble des offres Terface.

Des outils complets sont mis à disposition directement en ligne, afin de permettre un réel gain de temps :

  • Possibilité de réaliser son devis
  • Faire une demande de rappel
  • Prendre rendez-vous avec un commercial régional
  • Commander en seulement quelques clics

Retrouvez l’ensemble des produits issus des univers suivants :

La vente en ligne offre les mêmes avantages que les autres supports de vente, à savoir :

  • La livraison sous 24h, soit la journée du lendemain pour toute commande passée avant 12h, pour les produits tenus en stock
  • L’intégralité des outils indispensables à une bonne utilisation de nos produits, à savoir : les notices d’utilisation, les fiches techniques ainsi que les vidéos
  • Les demandes spécifiques et personnalisées sont prises en compte par notre service clientèle

visuel-rd

Concernant les produits Kobra, ces derniers, fabriqués en Europe, sont respectueux de l’environnement (zéro énergie en mode veille soit une centaine de kg/an équivalent à CO2 gagnés pour l’environnement).

Quant à Unibind, la marque conçoit et produit en Europe des systèmes de reliure innovants. De haute qualité et simple d’utilisation, ils sont devenus une référence. Présent dans 120 pays, Unibind est reconnu comme un leader mondial de la présentation imprimée.

Terface se positionne comme le No 1 de la vente aux professionnels de machines à relier et de destructeurs de documents en France, afin d’offrir la meilleure expertise possible afin de respecter son objectif premier : la qualité adaptée aux besoins de chaque demande et cela avec un niveau de service irréprochable.

Affaire Kerviel

kerviel-societe-generale-plainte-1L’ancien tradeur devra verser un million de dommages et intérêts à la banque. Mais la cour d’appel de Versailles pointe la défaillance des contrôles de sécurité. Retour sur cette affaire, qui révèle toute l’importance de s’équiper d’un destructeur de documents haute sécurité.

Dans le cadre de l’affaire Kerviel, en mai 2008, l’enquête révèle qu’un rapport fiscal à 2 milliards d’euros portant préjudice à la Société Générale, aurait été enterré par le parquet de Paris. Il s’agit d’un « document de travail » à 2,197 milliards d’euros.

Les avocats de la banque ont entretenu des liens étroits avec certains membres du parquet de Paris pendant l’enquête sur l’affaire Kerviel… De plus, le document soulève une question importante qui, à l’époque, n’a pas été examiné par la justice.

Une question donc à un peu plus de 2 milliards d’euros, soit la somme du coup de pouce fiscal dont a profité la Société Générale en 2008. Grâce à la loi sur le crédit d’impôt, la banque a déduit de sa déclaration fiscale une partie des « pertes exceptionnelles » occasionnées, selon elle, par l’affaire Kerviel.

Le rapport de 25 pages a été reconstitué après avoir été passé au destructeur de documents

Cédric Bourgeois, assistant spécialisé au sein de la section financière, était alors chargé de suivre les développements de l’enquête et d’en rendre compte à sa hiérarchie. L240.1e 14 mai 2008, il rédige donc ce « document de travail ». Sans disculper Jérôme Kerviel de ses responsabilités, il juge, à plusieurs reprises, « peu plausible » la défense de la banque, qui elle, assure qu’elle ignorait l’intégralité des  agissements de son ancien trader.

C’est dans la dernière partie de son rapport (intitulée « Les questions soulevées par le comportement de la partie civile ») qu’il fait la lumière sur le nœud fiscal à 2,197 milliards d’euros. Toujours d’après l’expert, le parquet aurait dû saisir le fisc, citation : « La Société Générale apparaît très  intéressée à faire reconnaître l’existence d’une fraude complexe sous peine de devoir rembourser son crédit d’impôt. »

Des réunions discrètes entre les avocats de la banque et le magistrat… 

Selon lui, il est nécessaire que sa hiérarchie saisisse l’administration fiscale pour vérifier la légalité de toute cette opération. Pourtant, la préconisation figure en caractère gras sur le document, mais elle ne sera pas suivie. Le chef de la section financière, Jean-Michel Aldebert, plutôt que de se rapprocher du fisc, va traiter ce point directement avec les avocats de la Société Générale. Selon différentes sources, fin mai 2008, le rapport a ainsi fait l’objet de plusieurs réunions discrètes entre les avocats de la banque et le magistrat.

Est-ce là que les participants « évacuent » le risque pour la banque de devoir rembourser à l’Etat les 2.197 milliards d’euros ?

A ce jour, il est impossible de l’affirmer. Seule certitude > c’est en 2010, soit deux ans plus tard et après la condamnation de Jérôme Kerviel, que l’existence de cette déduction fiscale apparaît dans la presse et dans le débat public. Jean-Michel Aldebert dirigeait la section financière du parquet de Paris lors de l’affaire Kerviel.

S’équiper d’un destructeur de documents afin d’éviter tous risques de fuites d’informations confidentielles

L’enquête a révélé que « Les magistrats étaient sous la coupe des avocats de la Société Générale ». Quant à Cédric Bourgeois, sollicité à plusieurs reprises, il assure, par la voix de son avocat, être soumis à « un secret professionnel absolu et illimité dans le temps », ce qui l’empêche aujourd’hui d’apporter  davantage de précisions.

Un « secret » qu’ont également invoqué plusieurs autres membres du parquet à l’époque. Cette affaire fait toute la lumière sur l’importance de s’équiper d’un destructeur de documents professionnel Kobra, afin d’écarter tous risques d’espionnages économiques et industriels.

Source : 20 minutesGamme-Kobra> N’hésitez pas à demander votre devis pour un destructeur de documents professionnel Kobra.

Expoprotection, le salon de la prévention et de la gestion des risques – Edition 2016

Tous les deux ans à Paris, Expoprotection rassemble les meilleurs spécialistes internationaux, les équipements et solutions les plus innovants de la prévention et de la gestion des risques. Comme à l’accoutumée, Terface était de la partie afin de présenter sa gamme de destructeurs de documents professionnels Kobra. Retour en images sur l’événement.

mailing

A chaque édition d’Expoprotection sont présentés les derniers produits et les meilleures solutions pour prévenir les risques de fraude, d’intrusion, d’incendie et de malveillance. Unique en France, le salon est structuré autour de deux zones thématiques :

  • Lutte contre la malveillance (sécurité de l’information, assurance, géolocalisation, anti-terrorisme….)
  • Lutte contre l’incendie (alarme, détection incendie, ventilation, aspiration, désenfumage…)

Chiffres clés

  • 700 exposants
  • 25 000 visiteurs
  • 3 jours de networking
  • 120 conférences et ateliers
  • 300 innovations

Et Terface dans tout ça ?

Une nouvelle fois, Terface a profité de cette manifestation pour présenter, auprès de professionnels du secteur de la sécurité, l’efficacité et la pertinence de ses solutions en matière de destruction de documents confidentiels.

Vous n’avez pas pu vous rendre au salon ?

N’hésitez pas à demander votre devis gratuitement et sans engagement pour un broyeur papier Kobra !

Expertise-Comptable et secret professionnel

Les Experts-Comptables sont tenus au secret professionnel. Par conséquent, l’intégralité des informations confidentielles transmises par les sociétés à leur propre Expert-Comptable sont protégées. Focus sur les notions de secret professionnel, obligation de confidentialité, devoir de discrétion et pourquoi il est primordial de s’équiper d’un destructeur de documents professionnel Kobra.

Secret professionnel

Les membres de l’Ordre des Experts-Comptables est astreinte au secret professionnel. Par contre, il n’y a actuellement aucun texte de lois qui détaille le type de données appartenant au secret professionnel. Cependant, les informations ne sont pas toutes confidentielles et n’ont pas un caractère secret.

  • Par exemple, les dépôts des comptes annuels (rendus publics par la suite).

Philippe ARRAOU, Président du Conseil Supérieur de l’Ordre (CSO)*, précise :parraou

« Rappelons que l’obligation au secret professionnel relève de notre déontologie et donc de la loi. La jurisprudence consacre un caractère absolu à ce secret professionnel et lui confère ainsi une protection renforcée. La violation est réprimée pénalement par une peine d’1 an d’emprisonnement et une amende de 15 000 €. C’est donc une obligation à prendre très au sérieux, qui nous engage vis-à-vis de nos clients ».

*Source : « La France est-elle exemplaire en matière de secret professionnel ? », Paroles d’Experts, n°72, 3ème trimestre 2015.

Obligation de confidentialité et devoir de discrétion

Les Experts-Comptables sont astreints à une obligation de confidentialité et à un devoir de discrétion, en plus du secret professionnel.

Ces derniers sont prévus par le Code de Déontologie dont relève l’Expert-Comptable.item

  •  Quelles données relèvent du devoir de discrétion ?

L’ensemble des informations générales recueillies par l’Expert-Comptable quotidiennement.

A noter : l’Expert-Comptable ne peut pas non plus divulguer des informations confidentielles à ses confrères (sauf si le client l’autorise).

Par contre, l’obligation de confidentialité peut être levée avec l’accord du client par écrit, à l’inverse du secret professionnel.

Violation du secret professionnel

Dans ce cas, 3 responsabilités sont alors engagées :

  • Sa responsabilité pénaledefinition_veille-300x276

La révélation d’une information à caractère secret relève du délit d’atteinte au secret professionnel. La sanction est la suivante : une amende de 15 000 € et une peine d’1 an d’emprisonnement.

  • Sa responsabilité civile

En cas de préjudice causé.

  • Sa responsabilité disciplinaire

Lors de manquements disciplinaires, comme le non-respect des obligations professionnelles et des règles déontologiques :

  • L’Expert-Comptable risque des sanctions disciplinaires, variant du simple avertissement à la radiation complète.

> En cas de manquement de la part de l’Expert-Comptable (s’il viole l’obligation de confidentialité et trahit le secret professionnel) le client est alors en droit de demander des dommages et intérêts.

 

L’obligation du secret professionnel peut-elle être levée ?

Oui. La loi détermine certains cas et organismes à l’égard de :

  • Autorité des Marchés Financiers (AMF)
  • Juge commissaire dans le cadre d’une procédure de sauvegarde ou de redressement judiciaire
  • Juridictions répressives (officier de police judiciaire ou procureur de la République par exemple). En revanche, devant les juridictions civiles, l’obligation de secret professionnel est maintenue.

4 conditions pour lesquelles les experts comptables sont dispensés de l’obligation du secret professionnel :

  1. Déclaration de soupçon
  2. Témoignage susceptible d’innocenter ou dans le cadre de sa défense
  3. Entre associés et collaborateurs du cabinet
  4. Dans le cadre d’un contrôle qualité mené par le conseil régional.

Sécuriser les informations confidentielles grâce au destructeur de documents

Comment respecter le secret professionnel ?

En s’équipant d’un broyeur papier, afin d’éviter tous risques de détournement et fuites d’informations sensibles.

> Détruire les informations confidentielles est primordial afin de sécuriser l’entreprise.

Pour cela, les données personnelles doivent être détruites dans un broyeur de documents professionnel afin d’assurer la confidentialité des documents et également d’éviter tous risques d’espionnages économiques et industriels.

Si vous souhaitez un devis ou de plus amples renseignements sur les destructeurs de documents Kobra, n’hésitez pas à nous contacter !

Nouveauté : destructeur de documents professionnel à chargeur automatique : Kobra AF1.

Ce destructeur de documents automatique de dernière génération est très performant, il détruit seul 300 feuilles au rythme de 37 feuilles à la minute dans un grand réceptacle de 135 l. Ces caractéristiques de haut niveau lui garantissent un niveau de productivité inégalé dans la catégorie.

AF2

Pour l’utilisateur qui n’a plus qu’à déposer son paquet de feuilles dans le broyeur papier Kobra AF.1 et fermer le capot (verrouillage par code), le gain de temps est considérable. Sans oublier la facilité d’utilisation ainsi que le confort procuré.

Grâce au destructeur de papier AF.1, la marque Kobra est le premier constructeur à proposer un destructeur automatique capable de répondre aux besoins de clients à la recherche d’une machine professionnelle vraiment efficace.

Quels sont les équipements de l’AF.1 ?

De plus le broyeur Kobra automatique AF1 reprend les caractéristiques qui font la spécificité des destructeurs de documents Kobra, à savoir :AF1-ROW retail

  • Energy Smart : pour une consommation nulle en mode veille.
  • Retour automatique : 100 % anti-bourrage
  • Moteur service en continu : pas de surchauffe pendant les opérations de destruction
  • Super Potential Power System : transmission haute résistance par chaîne et engrenages en acier traité, avec lames en acier au carbone trempé pour une longévité exceptionnelle
  • Eco-Oil Less : ne nécessite pas de lubrification

Enfin, les déchiqueteuses papier Kobra, conçues pour une longévité exceptionnelle, bénéficient d’une garantie à vie sur le bloc de coupe, et de 3 ans sur la machine.

Les produits Kobra sont fabriqués en Italie à partir de composant européen, avec une gamme de plus de 90 modèles vendus dans une centaine de pays. Kobra est l’une des plus importantes marques de destructeurs de document au monde.

Si vous souhaitez un devis ou de plus amples renseignements sur les destructeurs de documents Kobra, n’hésitez pas à nous contacter !

Rouleau Id Guard

Une protection simple, pratique et efficace des informations confidentielles. Appuyez, couvrez, masquez c’est fait ! Protégez-vous contre l’usurpation d’identité et l’espionnage économique !

rouleau-effaceur

Qu’est-ce que la fraude identitaire ?

Votre identité et vos informations personnelles n’ont pas de prix. Si vous ne possédez pas le budget pour vous équiper d’un destructeur de documents Kobra, le rouleau peut être une alternative. Lorsque les informations personnelles d’une personne sont utilisées par une autre sans son consentement pour obtenir un crédit, des produits ou des services de manière frauduleuse, on parle de fraude identitaire.

9 raisons de s’équiper d’un rouleau encreur de protection Id Guard

shema

  1. Le moyen simple, pratique et efficace de protéger vos données à la maison et/ou au bureau.
  2. Application rapide et propre du rouleau sur le texte pour masquer les informations.
  3. Rouleau encreur de protection d’identité, de la vie privée et des données.
  4. Rouleau encreur à motif unique, conçu spécialement pour masquer le texte imprimé.
  5. Masque les adresses sur la plupart des emballages et les informations  confidentielles sur les documents.
  6. Écologique, il dissimule les informations privées et se recycle.
  7. Capuchon rétractable pour plus de propreté et pour faciliter le rangement.
  8. Utilisation pour droitier et gaucher.
  9. Recharges disponibles.

4 étapes pour le fonctionnement du rouleau 

  1. Faites-le glisser sur les informations que vous souhaitez masquer. Son motif exclusif cache le texte qu’il recouvre.id-guard-vue-dessus
  2. Idéal sur les surfaces irrégulières et incurvées car le rouleau applicateur peut imprimer de l’encre sur des surfaces telles que les boîtes en carton ondulé. Il épouse facilement la forme des conteneurs arrondis tels que les tubes postaux et les tubes de médicaments.
  3. Comme le rouleau est petit, il se range facilement dans le tiroir d’un bureau. La tête de l’applicateur se déploie et se rétracte par simple pression sur un bouton, afin d’éviter un encrage accidentel entre deux utilisations.
  4. Quand le moment est venu de remplacer la cartouche, le boîtier principal s’ouvre facilement pour y déposer la nouvelle cartouche.

Réalisez votre devis en ligne pour le rouleau encreur de protection, depuis votre compte client Terface : c’est simple, rapide et sans engagement !