L’usurpation d’identité : connaître les risques pour mieux s’en protéger

Avec l’arrivée d’Internet, l’usurpation d’identité a fortement augmenté au fil des dernières décennies. Quelles sont les méthodes pratiquées par les escrocs ? Quelle est la procédure à suivre quand on est victime d’usurpation d’identité ? Tout simplement, comment éviter l’usurpation d’identité ? Grâce au destructeur de documents ? Voici quelques éléments de réponse…

L’usurpation d’identité, appeler aussi vol d’identité, réside dans le fait de prendre l’identité d’une autre personne vivante à son insu, sans qu’elle ne s’en aperçoive ni qu’elle en soit informée.

La majeure partie des personnes ignore ce qu’est l’usurpation d’identité, quels sont ses tenants et ses aboutissants, alors que le risque existe bel et bien et que les conséquences entraînées par le vol d’identité sont riches en préjudices.

En effet, à partir du moment où un usurpateur d’identité a réussi à prendre votre identité, il peut réaliser un nombre indéfinissable d’actes à votre place, comme par exemple : pirater votre compte bancaire, retirer de l’argent, contracter un crédit à votre place, s’engager dans des abonnements téléphoniques sans jamais payer les factures et même se marier sous votre identité !

Dans la majeure partie des cas, l’usurpateur génère des faux papiers d’identité comme le permis de conduire, la carte d’identité, le passeport, la carte vitale ou bien encore la carte grise.

En usurpant votre identité, l’escroc peut également percevoir des allocations à votre place, comme les APL, le chômage, les différentes bourses de l’Etat etc et prétendre être titulaire de vos diplômes et vos diverses qualifications.

De plus, des usurpateurs d’identité vont même jusqu’à créer des filiales fictives de sociétés déjà existantes.

Internet a considérablement accéléré le phénomène d’usurpation d’identité : une multitude d’internautes dévoilent des informations confidentielles, particulièrement via les réseaux sociaux.

400 000 personnes déclarent avoir déjà été victimes d’usurpation identitaire…

A noter également que dans les pays en voie de développement comme l’Afrique ou l’Asie, les usurpateurs d’identité pratiquent cette escroquerie dans le but de créer de faux papiers d’identité pour travaille sur le territoire Français.

Des techniques bien huilées…

Nous délivrons des informations personnelles sans cesse, presque inconsciemment et habituellement : dans le cadre de la location d’un appartement, d’un achat immobilier, de la souscription à un abonnement téléphonique, EDF…

Les chiffres illustrent bien ce phénomène :

– 75% des Français déclarent avoir fourni une photocopie contenant des données confidentielles au cours des 12 derniers mois

– 40 % des individus ignorent l’existence du marché noir des papiers d’identité.

Bien que l’usurpation d’identité soit fortement punie par la loi, ce marché existe bel et bien et les méthodes pratiquées sont particulièrement bien affutées…

Dans un premier temps, l’usurpateur d’identité recueille des informations personnelles de la victime comme son nom, prénom, numéro de sécurité sociale, téléphone, date de naissance, adresse et même le numéro de la carte bancaire.

Pour cela, l’escroc peut utiliser plusieurs méthodes :

– Le vol de papier : les poubelles et les boîtes aux lettres de particulier ou d’entreprise sont fouillées et/ou l’individu dérobe directement les porte-monnaie et les sacs à main de ses victimes

– L’hameçonnage : les données confidentielles sont récupérées directement sur des supports numériques comme les mobiles, les tablettes, les ordinateurs, les imprimantes… dans le but de récupérer un maximum de données conservées dans les disques durs et même d’obtenir les mots de passe afin d’ouvrir les différents comptes de la victime (boutiques en ligne, comptes bancaires etc…)

– Le téléphone : l’usurpateur d’identité se présente comme étant un enquêteur qui réalise un sondage : il obtient alors des informations très précises.

Quoi faire en cas d’usurpation d’identité ?

Si vous êtes la victime d’un usurpateur d’identité, réagissez au plus vite ! Vous devez découvrir le plus rapidement possible que vous êtes victime d’un vol d’identité.

Malheureusement, la plupart du temps les victimes s’en aperçoivent des mois, voire des années plus tard.  Vous devez immédiatement porter plainte contre X auprès  du commissariat de police ou de la gendarmerie la plus proche de votre domicile.

Demandez une copie de votre plainte, qui vous servira de preuve irréfutable auprès des différents créanciers : magasins, banques, compagnies de téléphone, services publics etc.

Prenez garde ! Dans certains cas, il arrive que l’usurpation d’identité ai des impacts sur votre compte bancaire et entraîne ainsi un fichage à la banque de France.

Lorsque votre affaire d’usurpation d’identité aura fait l’objet d’un jugement en votre faveur devant un tribunal, faites parvenir, en lettre recommandée avec accusé de réception, une copie de votre jugement à la Banque de France ainsi qu’à l’organisme financier auprès duquel l’usurpation a agi.

Chefs d’entreprise, avez-vous conscience de votre responsabilité ?

Sachez que vous êtes entièrement responsables de l’intégralité des documents qui circulent au sein de votre société. Tous les documents et les dossiers, même déchirés en plusieurs morceaux, peuvent tous être entièrement reconstituables, par le biais de logiciels à la pointe de la technologie.
Si une personne mal intentionnée parvient à usurper l’identité d’une personne en fouillant les poubelles de votre société, vous êtes pénalement responsables et risquez jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 300 000 euros d’amende.

Eviter l’usurpation d’identité grâce au broyeur papier

Afin de lutter contre l’usurpation d’identité, équipez-vous d’un destructeur de papier.

Détruire l’intégralité des documents dits sensibles, c’est-à-dire qu’ils contiennent des informations confidentielles, vous permet d’éviter tous les risques d’usurpation d’identité en effaçant toutes les traces qui serviraient à reconstituer l’identité d’un individu (numéro de sécurité sociale, lieu de naissance…)

Il faut également détruire via un destructeur de document  l’ensemble des données présentes sur les supports numériques comme les CDRom, les disquettes et les clés USB.

Afin de garantir au maximum la sécurité de vos données confidentielles une fois détruites, armez-vous d’un destructeur de document coupe croisée plutôt qu’à coupe droite.

En effet, des coupes croisées réduisent le papier en confettis, ce qui garantit davantage de sécurité et peu de chances que le document puisse être reconstitué derrière.

A l’inverse, les destructeurs de documents à coupe droite laissent intactes des phrases entières de texte.

Terminons sur une note positive : une nouvelle loi pour lutter contre le phénomène a été adoptée en Mars 2012 par le parlement, visant à mettre en place une carte d’identité biométrique, reliée à un fichier centralisé.

Cette carte sera constituée de deux puces électroniques.
La première contiendra  les informations biométriques de son propriétaire, comme l’état civil, l’adresse, la taille, la couleur des yeux et les empreintes digitales.
Quant à la deuxième, elle servira de signature électronique sur internet pour réaliser des échanges commerciaux et administratifs.

Enfin, dernier conseil pour vérifier si vous n’êtes pas victimes d’usurpation d’identité : effectuez fréquemment une veille de vos différents profils des réseaux sociaux ainsi que vos comptes bancaires.

Le mieux reste de vous équiper d’un déchiqueteuse papier afin de maintenir votre identité en toute sécurité.

Laisser un commentaire